"Tu seras féministe, mon fils!"

10 conseils pour faire de votre fils un vrai champion de l’égalité
10 conseils pour faire de votre fils un vrai champion de l’égalité
Quand?  
Vendredi 07 juillet 2017

Et si les garçons étaient les grands oubliés du combat pour l'égalité hommes-femmes? Un récent article du New York Times, que nous reprenons ici, pose la question, en partant d'un constat troublant: alors que nous sommes désormais nombreux à dire à nos filles qu'elles peuvent se libérer des stéréotypes de genre et faire ce qu'elles veulent dans la vie, la même chose semble plus difficile dans l'éducation des garçons. Une erreur à corriger d'urgence pour avancer vers une société où la défense de l'égalité est réellement intégrée par tou-te-s.

Je suis contente que nous ayons enfin commencé à éduquer nos filles davantage comme nos garçons. Mais cela ne servira à rien tant que nous n'éduquerons pas davantage nos garçons comme nos filles."

Cette phrase de la célèbre féministe américaine Gloria Steinem résume en quelques mots un constat partagé par de plus en plus d'experts. 

A bas les clichés? Vraiment? 

Nous sommes en effet plus prompt-e-s aujourd'hui à éduquer nos filles dans un esprit de liberté de choix. Astronaute, informaticienne ou mère au foyer, petite fille casse-cou ou coquette: sois ce que ton coeur te dit d'être, ma fille!

Oui, mais voilà: cet esprit de liberté reste moins évident dans l'éducation des garçons. Ceux-ci sont encore fortement découragés à s'intéresser à tout ce qui est considéré comme "féminin" - des attitudes jugées féminines (pleurer, exprimer ses sentiments) au choix de leurs jouets (Arme: OK; Poupée: Non), activités (le stage de danse, c'est pour ta soeur, voyons!) ou rêves professionnels (tu veut être pompier ou superhéro? Quoi? Coiffeur?!).

En cela - et c'est là le paradoxe actuel - les garçons semblent au final avoir des choix plus limités dans la façon dont ils se construisent, avec un impact durable sur leur vision des rôles hommes-femmes. Une situation qui freine l'établissement d'une société plus égalitaire pour tou-te-s.

Il est donc temps "d'éduquer nos garçons davantage comme nos filles" et de mettre sur pied une vraie génération de féministes. Claire Cain Miller, spécialiste des questions de genre au New York Times, a donc interrogé des neuroscientifiques, des économistes, des psychologues et d'autres experts de l'enfance pour récolter 10 conseils à ce niveau.

1. Laissez-le pleurer

Il n'y a pas de sexe pour pleurer. Jusqu'à leurs cinq ans, tous les enfants - filles et garçons - pleurent autant. Ce n'est que vers cet âge que les petits garçons commencent à recevoir des messages qui les encouragent à ne plus montrer leur vulnérabilité, à n'avoir peur de rien, à retenir leurs larmes. A être des gros durs. "Sois un homme!". L'injonction est connue... Pourquoi permettre aux filles d'exprimer des sentiments humains comme la peur, la tristesse ou la douleur, et exiger des garçons d'être des machines froides?

2. Donnez-lui des modèles

La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre. A ce niveau, les recherches montrent que les petits garçons sont plus influencés que les filles par les modèles de leur enfance. Avoir à leurs côtés des figures masculines et féminines responsables, respectueuses, fortes, aimantes et irréprochables s'avère décisif dans la construction de leur identité. En dehors du foyer, valoriser des hommes et des femmes exceptionnel-le-s - sportif/ves, scentifiques, activistes, auteur-e-s, chef-fe-s coqs,... - est aussi une façon de prouver que la réussite et l'excellence ne sont pas une question de sexe.

3. Laissez-le être lui-même

Dès le plus jeune âge, les enfants sont conditionnés à être ce que la société veut d'eux. C'est particulièrement le cas par les jouets. Ceux-ci sont bien plus segmentés par sexe qu'ils ne l'étaient il y a 50 ans - les rayons rose/bleu de nos magasins nous le prouvent chaque jour -  avec un impact durable et parfois terrible sur l'avenir de nos enfants

Pour que les enfants puissent développer tout leur potentiel - et non celui que l'on entend leur imposer - ne limitons pas leurs opportunités de jeu sur base de considérations passéistes. Pourquoi s'offusquer que votre fils joue à l'infirmier ou se déguise en danseur classique (activités considérées comme féminines), alors que vous êtes si fièr-e-s que votre fille tape dans la balle comme une pro ou veuille devenir architecte (activités considérées comme masculines)?

4. Apprenez-lui à s'occuper de la maison

En Belgique, les filles âgées de 12 à 17 ans passent chaque semaine deux heures de plus que les garçons à assumer des tâches ménagères, selon les chiffres du SPF Économie. Dans le monde, les filles de 10 à 14 ans y consacrent 50% de temps en plus. Pourquoi accepter dès l'enfance cette répartition inégale des charges? Si nous voulons que nos garçons soient aussi compétents que nos filles dans et en dehors du foyer, apprenons-leur aussi à ranger, nettoyer et cuisiner!

5. Apprenez-lui à s'occuper des autres

S'occuper des autres reste aujourd'hui encore une tâche bien plus assumée par les femmes. Personnes âgées, malades, enfants... En général, c'est aux femmes et aux filles que revient cette tâche. Combien de filles ne sont-elles pas déscolarisées dans les pays du Sud pour s'occuper des petits, alors que les frères restent sur les bancs de l'école? Et chez nous, combien considèrent le soin à la personne comme une profession masculine? Il y a là une situation à corriger. Dans l'intérêt d'ailleurs des garçons car les professions liées aux soins et à l'accompagnement sont celles qui connaissent la plus rapide croissance!

Expliquez donc à votre fils que tout le monde est responsable des autres. Encouragez-le à faire du baby-sitting. Faites-lui faire des gâteaux pour un ami malade, demandez-lui de rendre visite à un parent à l'hôpital. Donnez-lui la responsabilité de s'occuper d'animaux... Tout cela développera en lui un sentiment humain et fondamental: l'empathie. 

6. Partagez le travail

Elever son enfant avec des valeurs d'égalité est bien. Les appliquer à la maison entre parents est encore mieux. Mettre à mal les rôles de genre en matière de travail domestique et de soin des enfants est la meilleure façon d'élever un enfant conscient de l'égalité entre hommes et femmes.

Si maman cuisine et nettoie pendant que papa tond la pelouse et part souvent pour son travail, la leçon est apprise", résume le sociologue américain Dan Clawson.

7. Encouragez-le à avoir des amies

La ségrégation entre filles et garçons se déroule généralement avant l'école primaire, ce qui renforce rapidement les stéréotypes de genre au sein de chaque groupe. Cela pose en outre une barrière au développement intellectuel des enfants. Les recherches démontrent en effet que les enfants que l'on encourage à avoir des ami-e-s de l'autre sexe développent mieux leur communication et leur capacité à résoudre des problèmes. Encouragez donc vos enfants à inviter des copains et des copines de l'autre sexe lors de fêtes d'anniversaire, à créer des équipes sportives mixtes, etc. C'est pour leur bien aussi!

8. Apprenez-lui vite que 'non, c'est non'.

Dès l'école maternelle, exigez de vos enfants qu'ils demandent l'autorisation avant de toucher le corps de quelqu'un d'autre. Et apprenez-leur qu'une réponse négative n'est pas négociable. "Non, c'est non!" Ne faites pas de ce 'non' un motif de jeu: chatouilles, faux combat, etc. De plus, montrez l'exemple en intervenant lors de situations de harcèlement et faites des jeux de rôle avec vos enfants pour leur apprendre à intervenir au besoin. 

9. N'utilisez pas le mot "fille" comme une insulte

N'utilisez pas - et ne laissez pas votre fils utiliser - des expressions comme "être une femmelette", "courir comme une fille", "faire sa jeannette", etc. Et évitez les blagues sexistes, cela va sans dire. Les recherches menées par la sociologue Emily Kanes ont démontré que souvent, les parents ont tendance à renforcer - y compris dans leur vocabulaire - les rôles de genre pour leurs garçons de peur que ceux-ci ne se fassent "traiter de filles". Comme si cela était quelque chose de dégradant.

10. Lisez (intelligemment)!

Lisez à vos enfants des histoires variées, qui s'écartent du schéma classique voulant que les filles sont faites pour être sauvées par des hommes. Quand une histoire tombe dans ce travers, n'hésitez pas à questionner vos enfants sur ce qui est dit. Cela peut se faire dès l'âge de 3 ans, quand les petits commencent réellement à intégrer les stéréotypes.

Et maintenant... à vous de jouer !

Il ne vous reste plus qu'à mettre ces conseils en pratique, dès aujourd'hui! Commencez par éviter d'offrir à vos enfants, filles ou garçons, des jouets stéréotypés.

Il faut tout de même rappeler que, dans le monde, les filles sont bien plus souvent victimes de discrimination et reçoivent moins d’opportunités que les garçons, simplement parce qu’elles sont des filles. Elles sont mariées avant la majorité, excisées, exploitées. Souvent, elles sont privées d’école et de l’avenir qu’elles méritent. C'est cette situation que Plan travaille à corriger en priorité, jour après jour, partout dans le monde. Sans oublier les garçons, cela va de soi !

En savoir plus sur notre campagne 'Unlock the Power of Girls'