Peine de prison pour qui pratique "l’exil menstruel" au Népal

Bonnes nouvelles pour les filles et les femmes népalaises
Quand?  
Jeudi 10 août 2017

Au Népal, il est courant de bannir les filles et les femmes de leur foyer quand elles ont leurs règles. Elles doivent alors vivre et dormir dans une hutte isolée. Désormais, cette pratique, nommée chhaupadi – est punie d’emprisonnement.

Plan International se félicite de la décision du parlement népalais, tout en étant réaliste: il reste un long chemin à parcourir avant d’éradiquer complètement la chhaupadi.

Sven Coppens, directeur de Plan International Népal:

La décision du parlement népalais d’appliquer des sanctions contre cette grave violation des droits humains qui discrimine les filles et les femmes pendant leur période menstruelle, est une étape importante. Pendant la chhaupadi, leur liberté est fortement limitée: leur nourriture, leur déplacement, ce qu'elles peuvent toucher, avec qui elles peuvent parler..."

"Cette pratique a un impact très négatif sur les filles. Pouvez-vous imaginer? Ne pas pouvoir aller à l’école et prendre du retard en cours simplement parce que vous avez vos règles? Vous sentir gênée et sale? Les filles qu’on oblige à vivre hors de leur foyer sont isolées et dès lors plus souvent victimes d'abus et de violences sexuelles. Elles sont aussi plus vulnérables aux maladies et perdent confiance en elles."

"Plan International défend les droits des enfants et agit pour plus d’égalité entre les garçons et les filles. Nous sommes ravis de savoir que désormais, qui bannira une fille pendant ses règles, risquera la prison. Cette loi peut changer la vie de beaucoup de filles. Mais le changement de mentalités ne se fera pas du jour au lendemain. Il reste beaucoup à faire pour que les filles népalaises obtiennent véritablement les mêmes chances que les garçons".

Jeune Népalaise © Plan International / Peter de Ruiter