Le Malawi dit 'stop' aux mariages précoces

Les jeunes Malawites ont fait campagne avec le soutien de Plan
Quand?  
Mercredi 15 février 2017

Grâce à une réforme constitutionnelle, il est désormais interdit de se marier avant 18 ans au Malawi. Avant, les jeunes pouvaient se marier à partir de 15 ans avec l’autorisation des parents, mais ce n’est plus le cas. Il s’agit là d’une avancée importante dans la lutte contre les mariages d’enfants au Malawi, où 46% des filles de moins de 18 ans et 9% des filles de moins de 15 ans sont mariées. Cette décision historique est le résultat d’une campagne menée par les jeunes Malawites avec le soutien d’ONG comme Plan.

Le 14 février 2017, 131 députés sur 133 ont voté en faveur de ce changement constitutionnel. Memory Banda fait partie des jeunes qui ont mené campagne aux côtés de Plan.

Je parle par expérience. Ma sœur n’avait que 11 ans lorsqu’elle a été obligée de se marier avec l’homme qui l’avait mise enceinte. Je n'y voyais alors aucun problème. Mais je me suis vite rendu compte qu'elle était abusée par son mari. Je ne reconnaissais pas la soeur avec laquelle j’avais grandi."

Memory Banda et un groupe de jeunes accompagné par Plan ont travaillé avec le gouvernement sur la réforme constitutionnelle. "J’espère qu'il n'y aura désormais plus de mariages d’enfants", raconte Banda.

Un avenir meilleur pour des millions de filles

Aujourd’hui, le Malawi est le 11e pays où il y a le plus de mariages précoces. En 2015, il était à la 9e place. Cette année-là, l’âge minimum légal pour se marier est passé de 15 à 18 ans. Un pas dans la bonne direction, mais il était encore trop tôt pour crier victoire. La constitution permettait en effet aux jeunes de se marier à partir de 15 ans avec l’autorisation de leurs parents. Cette condition est désormais révolue.

"C’est un changement fondamental pour les futures générations de Malawites", explique Lilly Omondi, directrice de Plan International Malawi. D’après elle, l’engagement des jeunes a joué un rôle essentiel dans cette décision.

Il était primordial que le ministre compétent et les autres législateurs entendent de la bouche des jeunes pourquoi il était indispensable de mettre fin aux mariages précoces. Je suis extrêmement fière d’eux. Ils ont contribué à un avenir meilleur et une vie plus heureuse pour des millions de filles."

Durant la campagne, les jeunes ont collaboré avec des institutions publiques, représentants politiques, fonctionnaires, activistes, chefs traditionnels et religieux, et enseignants. Un des éléments clés de la campagne a été la remise d’une pétition comptant plus de 42.000 signatures provenant de plus de 30 pays différents à la Première dame du Malawi, Gertrude Mutharika, lors d’une conférence nationale en septembre 2016.

Découvrez le passionnant témoignage de Memory Banda sur TED Talk (2015)

En savoir plus sur nos projets pour les filles

Memory Banda, une des jeunes qui ont fait campagne aux côtés de Plan. Photo: Plan International/Marco Betti
Des garçons faisaient aussi partie des jeunes militants. Photo: Plan International/Marco Betti