Famine: "Ma famille a dû me marier pour survivre"

Yari prépare le repas pour son mari. Photo: Plan International
Le conflit et la famine entraînent plus de mariages précoces au Soudan du Sud
Quand?  
Jeudi 18 mai 2017

Yari a 17 ans. Sa vie est très différente de celle de la plupart des jeunes de son âge. Elle s'est mariée il y a deux ans et est aujourd'hui enceinte de quatre mois. Et elle doit chaque jour faire face à une longue liste de tâches ménagères.

"Je n'étais pas du tout prête à me marier", raconte Yari. Mais la jeune fille n'avait pas le choix. Elle a été obligée de se marier après que sa famille a pris la fuite. Pour échapper au conflit, ils se sont réfugiés dans un camp de déplacés du comté d'Awerial, dans l'Etat des Lacs.

Les parents de Yari l'ont mariée sans son consentement.

Ma mère m'a dit que mon mariage allait permettre à ma famille de ne pas mourir de faim. Nous n'avions rien à manger. En me mariant, mes parents avaient une bouche en moins à nourrir. Le bétail que mon mari a offert en guise de dot les a aussi aidés à survivre. Et mes frères voulaient en utiliser une partie comme dot pour leur propre mariage."

Après son mariage, la vie de Yari est devenue plus difficile. "Je travaille du lever jusqu'au coucher du soleil", explique-t-elle. "Je dois marcher longtemps pour aller chercher de l'eau et j'effectue toutes les corvées pour la famille de mon mari. Le plus difficile est de devoir trouver à manger pour tout le monde."

Plan International fournit une aide alimentaire à sa famille, mais comme d'autres filles et femmes, Yari doit tout de même passer des heures à chercher des feuilles comestibles.

Parfois, je vomis après avoir mangé des feuilles. Peut-être est-ce dû à ma grossesse, mais je dois me nourrir pour survivre. J'aimerais tellement manger du poisson et des oeufs, mais mon mari et moi ne pouvons pas nous le permettre."

En collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), Plan International a fourni une aide alimentaire à 8.660 personnes. Plan distribue entre autres aux filles qui vont à l'école des colis alimentaires à partager avec leur famille. Nos équipes locales encouragent ainsi les parents à garder leurs filles à l'école au lieu de les marier.

Faites un don

 

 

Découvrez les interventions de Plan au Soudan du Sud

Yari est partie chercher de l'eau avec son amie. Photo: Plan International